Les doutes du photographe

Avoir des doutes c‘est normal, humain. En avoir trop, c’est mortel. Je fais partie de la catégorie de gens qui en ont beaucoup. Malheureusement.
En photo, les doutes arrivent à des moments précis.
Personnellement, le moment que je déteste le plus c’est une fois que j’ai remis un cd basse résolution des clichés à mes clients et que j’attends de leur nouvelle…
Angoisse.
S’en suit les éternelles remises en question : « Je n’aurais pas dû faire cette retouche là.», «il me semble que je n’ai pas remis assez de photos.» ,«Ben là, ils ont eu les images hier et je n’ai pas encore eu de nouvelles. Ils ne doivent pas les aimer.»
Angoisse ².
C’est très facile d’avoir des doutes et des remises en question dans le monde la photo, pour une raison bien simple : C’est si facile de se comparer, il y a des photos partout! Sur internet, dans les revues, les journaux, la photographie est omniprésente.

Il n’y a pas très longtemps, j’ai été approché pour faire des photos de maternité. J’ai décidé de fouiner un peu sur le web pour voir un peu ce que les autres ont fait sur le sujet [insérez de la panique ici]. Le premier réflex que j’ai eu, et surement a-t-il déjà été le vôtre aussi, a été de me comparer. Faites le test, tapez «maternity pictures» dans google photo, vous verrez de quoi je parle. Les doutes ont donc commencé avant même la prise de vue. C’est 1 à 0 pour les doutes. Comme à l’habitude, je prépare quelques poses à l’avance, je fais des croquis que je fais approuver par les modèles, je vais sur place vérifier la luminosité, les textures disponibles et l’espace que j’aurai pour «shooter».
Le jour «P»
Le jour de la session photo, tout se déroule à merveille. Les modèles se sentent à l’aise, l’inspiration est au rendez-vous, on doit entendre le keclics de mon appareil jusque chez les voisins! Doutes 1, Dany 1.
Je commence la retouche des photos le lendemain. En voyant les clichés je suis vraiment fier, est-ce que c’est vraiment moi qui ai fait ça? Et bien oui. Doutes 1, Dany 2.
Une fois la retouche terminée, je remets un cd basse résolution aux modèles pour qu’ils choisissent les poses qu’ils veulent. Vous vous rappelez ce que je disais plus tôt sur ce moment précis? Et c’est reparti, doutes 2, Dany 2.
Ah! Je reçois finalement le message que j’attendais! Ils ont aimés, fiou! Et la marque finale Doutes 2, Dany 3.
Ok, cette fois-ci j’ai gagné, mais je les vois déjà, les doutes. Ils sont cachés dans un coin et demandent pour un recomptage…

Aujourd’hui je comprends. C’est si simple : Des gens talentueux en photo, il y en a beaucoup. Quand on se compare aux autres sur internet, on ne sait pas avec qui on se compare. Est-ce que c’est un pro? Est-ce qu’il fait ça depuis 20 ans? Peut-être. Probablement.
Est-ce que je compare ma conduite automobile à celle de Bertrand Godin? Non.
Est-ce que je compare ma cuisine à celle de Louis-François Marcotte? Non
Pourquoi alors, devrais-je comparer ma photo avec des pros?

Je regarde encore des clichés sur internet avant une session, mais je le fais bien autrement. Je m’inspire, je prends des trucs. J’essaie de voir les erreurs des autres pour ne pas les reproduire. Je tente de m’améliorer plutôt que de me dénigrer.

Mes chers amis, amusez-vous avec la photo, prenez des risques, soyez audacieux! Mais surtout cessez de vous comparer!

Salutation spéciale à la petite Azalée, qui verra le jour d'ici quelques semaines 🙂

Publicités
Ce contenu a été publié dans inspiration, prise de vue par danybuteau, et marqué avec , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos danybuteau

Dany Buteau, aka danybuteau Éducateur spécialisé de formation, passionné de la photographie, il trouve son bonheur au travers de projets personnels de type D.I.Y. Que ce soit en numérique ou sur pellicule, avec lui tout est sujet à être photographié. Danydémontre un grand intérêt pour la photographie noir et blanc et les nuages en général. Avec Boxov il souhaite faire profiter ses connaissances et ses expériences avec d'autres photographes, tant professionnels qu'amateurs. Pour lui la photo est synonyme de plaisir et de partage.

2 réflexions au sujet de « Les doutes du photographe »

  1. Ping : Se joindre à la communauté « boxov

  2. Le doute est partout, tout le temps. Mais le doute est bon: il rend créatif, nous oblige à nous surpasser, nous ramène à une réalité ordinaire et nous fait prendre conscience de nos limites connues, mais surtout de celles que l’on peut dépasser.
    Chaque fois que j’écris un texte, je doute. Chaque fois qu’il est publié, je doute. Mais je sais que je devrai toujours m’améliorer…
    Seul aspect où mon avis diffère du tien: à partir du moment où tu deviens professionnel (lire ici vendre tes services en échange d’argent ou te présenter comme tel) tu dois t’attendre à être jugé au même niveau que les meilleurs. Quand quelqu’un te paye pour participer à la même course que Bertrand Godin, et que tu dis oui, c’est parce que tu penses (et ton client surtout) que tu peux le battre.
    Ce n’est parce que Bertrand Godin est sur la même piste que toi que tu pars battu. Si oui, ne pars pas, tu n’y arriveras jamais…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s