Motorola XT860: Un téléphone aigre-doux

Tout un personnage, ce XT860.

Téléphone intelligent tout rectangulaire, le XT860 ne pourrait être considéré discret que par un géant.

Avant d’en révéler plus sur mes impressions, faisons un retour sur les entrailles de la bête.

Motorola XT860: Spécifications

  • OS: Android 2.3 Gingerbread
  • Processeur bi-coeur TI OMAP4430, cadencé à 1Ghz
  • Écran résolution qHD de 4 pouces (en diagonale) avec Corning Gorilla Glass
  • Clavier complet QWERTY avec une rangée dédiée aux caractères numériques
  • Bluetooth 2.1 EDR, GPS, A-GPS, WiFi b/g/n
  • Sortie HDMI
  • 16Go de mémoire interne + Fente d’expansion microSD
  • Caméra 8 mégapixels avec flash pouvant enregistrer de la vidéo en 1080p

Let’s get physical, physical

Glorieux, glorieux clavier QWERTY

À la prise en main, le XT860 dégage une impression de solidité, de qualité de fabrication. Le poids de l’appareil (un étonnant 170 grammes) renforce cette impression. Une fois le clavier révélé, le XT860 prends l’apparence d’un ordinateur de poche, d’un appareil tout droit sorti d’un film d’espionnage. D’ailleurs, au sujet du clavier, des félicitations sont nécessaires. Motorola a réalisé un travail de maître sur ce clavier. Il est simplement délicieux à employer. Les touches sont d’une taille idéale pour taper des messages et courriels, longs ou courts. La ligne numérique est un réel trait de génie. Bref, ce clavier pourrait donner une leçon à plusieurs autres appareils du genre.

Le mécanisme coulissant, par contre, mériterait d’être revu. Entièrement manuel, sans aide magnétique ou système de ressort, celui-ci ne fait pas honneur à l’excellence du clavier. Aussi, de par le fait qu’il ne possède aucun mécanisme de gestion du mouvement, l’appareil, lorsque dans ma poche, avait la fâcheuse tendance à coulisser légèrement. Pas assez pour effectuer de l’entrée de texte involontaire, mais assez pour réveiller l’écran.

Mis à part le clavier physique, l’appareil ne possède que quelques touches et boutons soit le bouton de mise sous-tension et de mise en veille, situé sur le dessus ainsi qu’un duo de touches pour gérer le volume, sur le côté droit. Sur le côté gauche, on retrouve le port microUSB ainsi que le port HDMI. Sur le devant de l’appareil se trouvent les classiques touches capacitives Android, soit Menu, Accueil, Retour et Recherche.

La face de l’appareil, toute de verre vêtue, comprend l’écran TFT de 4 pouces, le haut-parleur, la caméra secondaire ainsi qu’un ensemble de détecteurs de luminosité et de proximité.

Dis-moi ce que t’as dans la tête, wooouah-oh-oh-oh

Le menu des applications

Le XT860 roule sous Android 2.3 Gingerbread, avec l’interface graphique personnalisée de Motorola. Voici, malheureusement, où la lune de miel se termine. Pas par lenteur ou inefficacité, le XT860 est plutôt véloce. C’est par une série de mauvais choix et d’inconstances de design que l’expérience utilisateur se brise.

Chaque mouvement de l’usager dans l’interface  donne droit à des animations. Dégradés, effets de lumière sur les icônes, déplacement en 3D dans le menu des applications, le téléphone semble vouloir nous dire qu’il est capable d’effectuer un beau rendu graphique. Il tient vraiment à nous le faire comprendre. Joli au début, mais rapidement lassant.

Il y a un certain délai dans le lancement de plusieurs applications, dont le navigateur web, le client courriel, le lecteur de musique. Prévoyez quelques secondes pour ouvrir ces applications. Pour ce qui est de l’appareil photo, le délai d’ouverture est remarquable. Un délai de quel ordre, me demanderez-vous? Je vous répondrai ceci: «Un Mississippi, deux Mississippi, trois Mississippi, quatre Mississippi, cinq Mississippi, six Mississippi.» C’est à ce point.

Une fois dans les applications, par contre, l’appareil se montre efficace et rapide. Les pages web se chargent rapidement, la rédaction de courriels, la lecture de messages,  toutes ces opérations de base s’effectuent adéquatement et rapidement. Ceci me laisse donc croire que les ralentissements de l’appareil sont liés à l’interface utilisateur et non à l’appareil lui-même. Suggestion pour l’éventuel utilisateur du XT860: installer LauncherPro. Définitivement.

En 1990, c’est l’heure des communications

Le XT860 semble beaucoup plus dirigé au professionnel accro des courriels et nécessitant accéder à distance à son PC qu’à l’amateur de média et au téléphotographe. L’inclusion du client Citrix et de Motoprint à la série d’applications préinstallées confirme cela. Par contre, ceci ne diminue pas les capacités multimédias de l’appareil. La lecture de fichiers musicaux s’effectue simplement et le rendu sonore est très bon. L’écran se prête bien à la lecture de vidéo avec ses couleurs bien saturées et un excellent contraste.

J’ai de moins bonnes nouvelles en ce qui a trait à la photographie. Le XT860 est un bien piètre phototéléphone. Comme mentionné ci-haut, l’appareil photo nécessite un solide 5 à 6 secondes pour démarrer. C’est assez de secondes pour rater un instant décisif. C’est assez de secondes pour irriter les gens que l’on désire photographier. C’est, tout simplement, trop de secondes pour un appareil photo, peu importe le type.

Bananes (photo prise avec le XT860, sans flash)

La médiocrité de l’appareil photo ne se résume pas qu’au délai de démarrage de l’appareil et de prise de vue. Malheureusement, cette médiocrité affecte également le rendu photographique. Les photos prises par l’appareil sont généralement délavées et manquant de contraste. Si on doit employer le flash, un voile bleuté affecte l’image au complet (note: je croyais, au départ, que c’était la faute de l’objectif, que celui-ci devait être sale. Après moult essuyages de l’objectif, je peux certifier que le problème est autre). Dommage, tout de même. Je me suis lassé très très rapidement de l’appareil photo, vous n’aurez donc pas droit à une galerie d’images pour accompagner cet article. Désolé.

Cote boxov

Passables, les produits se méritant la cote boxov «C» ne devraient pas être votre premier choix, mais remplissent quand même leurs tâches.

 

En conclusion

Le XT860 est un téléphone intelligent qui fait tout, mais n’excelle en rien. Sans être mauvais, l’appareil est victime de plusieurs petits défauts ruinant une expérience qui s’avérait prometteuse. Appareil à éviter pour le photographe mobile, il pourrait faire un compagnon plus qu’adéquat pour le professionnel, pour le consommateur de médias ou pour le père de famille désirant un appareil robuste et moderne.

Boxov aime:

  • La prise en main de l’appareil, solide et efficace
  • Le délicieux clavier QWERTY
  • Le design physique de l’appareil

Boxov n’aime pas:

  • Le rendu photographique de l’appareil
  • La surabondance d’animations et transitions dans l’interface utilisateur
  • Avoir les pieds mouillés par temps froid

Le XT860 est disponible chez Bell Mobilité pour 0$ sur abonnement de trois ans.

 

Un grand merci à l’équipe de relations publiques de Motorola Canada pour le prêt du XT860.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s