Première entrevue Boxov.

Mardi début d’après-midi, je suis au café pavé à Montréal, faisant semblant d’être occupée, you know, mains moites bon ok nerveuse à souhait. Ma première entrevue pour Boxov et on ne le se cachera pas, première à vie. Mon patron m’a laissé carte blanche pour mon premier article. « T’es sûr Dany ? Oui oui . Bon ok, bien j’aimerais le faire sur un photographe de Montréal que j’admire beaucoup et qui sort de l’ordinaire. DEAL. Amuse toi et surtout relaxe ! »

Bref, j’attends vraiment pas longtemps à notre lieu de rencontre parce qu’il est en avance  ( Fiou ! Moi aussi). Une de ses nombreuses qualités d’ailleurs : Ponctuel. On se prend un café et d’un commun accord, on part chiller dans le mini parc en face. Et voilà, je suis prête! La gêne presque partie, bien installée au soleil (coup de soleil à l’appuie) à écouter l’histoire de Félix Renaud photographe.

Il vient d’une famille de 4 garçons, père au travail et mère artistique au foyer, elle n’hésitait pas à lui tendre des crayons pour laisser court à son imagination. Dès son jeune âge, il dessine beaucoup et développe ainsi son côté artistique. Arrivé au secondaire, il décide de laisser ses crayons de côté pour plutôt aller vers la peinture (quelques toiles tapissent encore ses murs d’appartement). De 14 à 18 ans, il se met à la vidéo et filme ses amis faisant du skate et met le tout sur youtube. Il a la piqûre et décide d’aller étudier le cinéma au cégep.

«Toute ma jeunesse, j’ai toujours été fasciné par les films, pas la télévision, mais bien le cinéma. Je trouvais la télévision québécoise plate à mourir par sa simplicité et son manque d’originalité. Quand je regardais des films, j’imaginais la technique, la mise en scène, les mouvements de caméra »

Ok. Parenthèse. On lâche les arts deux secondes, parce qu’évidemment, ce jeune homme à plus d’un tour dans son sac (expression de matante). À travers ses études, de 7 à 20 ans pour être plus précise, il est un très grand sportif. « J’ai fais de la natation de compétition, qui m’a amener à voyager et à nager contre quelques uns des meilleurs athlètes du monde comme Michael Phelps. La natation m’a appris au travers tout ça l’importance du travail bien fait, de la discipline extrême et de l’importance de bien manier la technique avant d’exécuter quelque chose. »

Donc, malheureusement (ou heureusement pour nous) il ne termine pas sa technique de cinéma. Trop prit par ses compétitions de haut niveau, pendant les trois prochaines années, il nage comme un damné et travaille dans un skateshop pour promouvoir ses compétitions à l’extérieur du pays. À la fin de sa carrière, paumé mais musclé comme jamais (bien j’imagine) il entre dans une école privée O’Sullivan, faire un cours intensif d’un an sur le cinéma, axé surtout sur la technique. Au même moment, il avait un bon ami qui étudiait la photographie au Cégep du Vieux de Montréal. Donc, on s’imagine, ce fût un bel échange de connaissance. Durant son année scolaire, il fît la rencontre de François Protat (ancien directeur photo extrêmement réputé dans l’industrie) qui fût son mentor par excellence en éclairage. (Nb. Quand on regarde les photos de Félix, on voit à quel point il maîtrise très très bien son éclairage, à en faire des jaloux ! Moi la première)

En 2008, il achète son premier appareil photo. Ayant déjà la base d’optique et d’éclairage via ses cours de cinéma, il s’amuse comme un petit fou.
« À partir de ce moment je suis devenu addict à la photographie comme un alcoolique qui veux toujours consommer d’avantage. »

Il continue quand même par la suite à se perfectionner avec des cours de caméra 101 à l’Aqtis, ( Alliance québécoise des techniciens de l’image et du son). En 2010, il a l’opportunité de travailler sur trois longs métrages québécois en tant qu’apprenti à la caméra.

Soit  –Marécage http://www.youtube.com/watch?v=O7BHjps4YMI
French immersion  http://www.youtube.com/watch?v=syIKMa5W0tc
Switch  http://www.youtube.com/watch?v=lccMqqIO4yI

Encore une fois, il y fait de très belles rencontres. Entre autre Philippe Bossé photographe de plateau, lors du tournage de Marécage. Après plusieurs discussions autour d’un lunch, Félix tente sa chance et lui laisse ses coordonnées et l’adresse de son site internet, si jamais il a besoin d’un assistant . Il reçoit dès le lendemain un appel de celui-ci lui disant « Félix, ta place n’est pas en cinéma mais bel et bien en photographie. Je veux que tu viennes travailler avec moi.»

Après cela, Félix délaisse le monde du cinéma, pour mieux se concentrer sur la photographie. Au départ, il utilise beaucoup ses amis et un de ses frères comme modèle. Il approche également les artistes, comme on peu le constater sur son site internet (voir lien plus bas), qui sont toujours très enchantés de faire partie de ses projets. En regardant bien ses photos, nous pouvons y apercevoir des scènes de tous les jours avec une touche de surnaturel et de très belles mise en scène digne d’un film de cinéma.

Très curieux de nature, il s’informe beaucoup du comment du pourquoi de chaque chose qui l’intéresse et s’instruit à fond la caisse. C’est pourquoi, dans ses shootings photos, il essaie le plus possible d’atteindre son but désiré live. Il ne se dit pas la fameuse phrase : «bah je ferai ça sur photoshop». J’en ai la preuve, il m’a montré une photo avant/après. J’ai été déçue de voir à quel point il n’y avait pas de retouche et tellement intriguée en même temps. Comment qu’y fait ça le petit maudit?!

Ne l’oublions pas, il a aussi une assistante hors pair ; Manuela Gomez (potin: qui est aussi sa petite amie). Elle a fait ses études en design de mode et est également sa styliste lors des shootings photos. Je site : « Elle complète bien le travail de Félix Renaud grâce à son souci pour l’agencement et l’harmonie des détails.»

Il fait quoi en ce moment Félix ? Biennnn, il est pas mal occupé :
Il est assistant photographe (la meilleure école pour apprendre) de François Brunelle, Philippe Bossé et 2e assistant pour John Londono, en plus d’être un pigiste pour Orage et Paradoxe. Il a également ses projets perso (http://www.felix-renaud.com/  ce site vaut carrément le détour), est entraîneur de natation et s’entraîne cinq fois/semaine. Dis donc Félix, tu trouves le temps de dormir où dans tout ça?

QUESTIONS ÉCLAIRS:

Quel âge as-tu : 24ans

Ta couleur préférée (pour toi Dany) : Vert

Sujet préféré à photographier : La pub, car ça touche à tout !

Argentique ou numérique : Les deux ! Mais il avoue bien aimer faire de
l’argentique pour ses projets perso. Un brin de nostalgie quand on reçoit les photos, ça rappel un moment précis, un petit bonheur qu’on oublie parfois avec le numérique.

(la journée de notre rencontre, il avait justement en main des photos fraîchement développées, je peux vous confirmer qu’il avait vraiment hâte d’aller voir le résultat, comme un kid à Noël)

Coudonc, tu mesures combien : 6pi4

Ton signe astrologique (les filles aiment ça savoir ça) : Vierge

Le syndrome de la page blanche :  Il s’éloigne surtout de l’ordinateur et part se promener. Il s’inspire beaucoup de faits réels et de trucs qui lui sont déjà arrivés.

Un photographe que tu admires : François Brunelle

Sur une île déserte, tu as droit d’apporter un seul repas à volonté : Toast au beurre de pean.

Le livre que tu lis en ce moment : Le guide du travailleur autonome ahaha

Ton meilleur film à vie EVER : Je n’ai pas de film préféré EVER! Je suis fan des films de Quentin Tarantino et des vieux films d’Oliver Stone. Mais comme la question me demande de répondre qu’un seul je vais répondre avec un film que j’aime beaucoup par sa simplicité, la performance exceptionnelle de Christian Bale et les belles prises de vues. The Machinist et si j’avais à choisir un film de musical qui m’a beaucoup inspiré personnellement ce serait: Live at Pompeii de Pink Floyd

La toune que tu peux écouter en boucle sans te tanner : Je suis un grand amateur de musique, j’ai une gigantesque collection de vinyles et de CDs, mais il n’y a aucune chanson que je pourrais écouter en boucle sans me tanner.

Une personne que tu aimerais vraiment photographier : Andy Sandberg, il est capable de faire tellement de faces comiques qui saurait fitter avec n’importe quelle de mes mises en scènes!

Tombée sous le charme de ce jeune homme talentueux, charismatique et drôle, je vous le dis, ne le perdez pas de vue, il va continuer de nous surprendre et aller très loin dans le monde de la photographie. Longue vie à ta carrière mon cher Félix Renaud!

Publicités

Une réflexion au sujet de « Première entrevue Boxov. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s